East_Bath_and_Byzantine_Church_tr.html

Labraunda

East_Church_eng.html
 

   Nous ignorons encore quand la zone de l’entrée du sanctuaire (les proypylées) a perdu son rôle symbolique de passage entre le temenos, zone sacrée, et l’extérieur, zone profane. Il est cependant clair qu’autour de 400, le secteur des propylées était christianisé.

    La localisation des premières églises chrétiennes de Labraunda suit un modèle connu dans plusieurs sanctuaires du monde ancien à travers la Méditerranée. La zone choisie pour la construction de l’église Est, par exemple, peut être comparée à la situation connue au sanctuaire d’Asklépios à Épidaure. Là-bas, la première activité chrétienne ne semble pas s’être développée dans le centre du téménos mais plutôt en périphérie, près des propylées.

L’Église Est vue du nord

(J. Blid)

Un phénomène similaire est également attesté dans les sanctuaires d’Éleusis en Attique et à Lagina en Carie. La christianisation du sanctuaire de Labraunda implique de très grands efforts économiques et architecturaux.

L’Église Est constitue non seulement une unité architecturale singulière, mais elle faisait également partie d’un complexe architectural plus vaste qui est caractérisé par la reconstruction d’un nymphée gréco-romain (le Bâtiment Dorique) et de thermes impériaux (Thermes Est). Ces bâtiments ont subi d’importants réaménagements et furent dotés de nouvelles mosaïques.

L’Église Est, plan général (J. Blid)

D’après l’analyse quantitative du matériel découvert entre 1949 et 2011 dans le cadre des fouilles et des prospections, cette église peut être datée vers 400 ap. J.C.  et elle semble être contemporaine de l’Église Ouest. L’église semble avoir été détruite au début du Moyen-Âge, peut-être à la faveur d’un tremblement de terre. À l’instar de l’Église Ouest, l’église fut remplacée par une petite chapelle. Sa datation est mal assurée, mais des monnaies des Xe-XIe s. attestent l’occupation du secteur à cette époque.

Reconstitution de l’Église Est (J. Blid)

L’Église Est de Labraunda est localisée à l’entrée du sanctuaire. Elle occupe un espace vacant entre les Propylées Est (au Nord), la maison dorique (à l’ouest) et des Thermes Est (au sud). Le bâtiment fut dégagé dans les années 1950, mais les chercheurs de l’époque n’y portèrent que peu d’attention. Un réexamen des vestiges ainsi qu’une série de sondages ont permis d’en détailler la fonction et les caractéristiques. La construction réutilise en partie le mur nord des thermes romains avec lesquels existait une communication. Elle se compose d’une longue nef axée est-ouest bordée à l’est par une abside inscrite et à l’ouest par deux tours carrées encadrant un porche d’entrée. Un élément marquant réside dans l’absence de pilier ou de colonne centrale, ceux-ci ayant été remplacés par une série de dix contreforts le long des murs latéraux. Le centre de l’abside est traversé par une canalisation dont la fonction semble être liée à la liturgie chrétienne. Un important matériel y a été mis au jour, permettant de dater la construction de la fin du IVe ou le début du Ve s. ap. J.-.C.

1. Propylées Sud     2. Bâtiment Dorique     3. Église Est     4. Thermes Est     5. Propylées Est     6. Bâtiment Hypostyle     7. Mur au nord des Propylées