Andron_B_tr.html

Labraunda

Andron_B_eng.html
 

    Jusqu’à ce que les fouilles ne commencent en 1948, on a longtemps cru que cette construction, dont le plan pouvait rappeler celui d’un temple avec deux colonnes ioniques en façade, était de fait un temple. En 1936, A. Laumonier a donc nommé les androns Temple A et Temple B. Quand on a découvert en 1948 que ces deux constructions, d’après leurs inscriptions, étaient des androns (salles à manger), elles ont simplement été renommées Andron A et Andron B, ce qui est regrettable, puisque l’Andron B est le plus vieux bâtiment et l’Andron A le plus récent.

D’après l’inscription au-dessus de l’entrée, l’Andron B a été érigé par Mausole (377-352 av. J.-C.). Le nom du bâtiment, Andron, signifie «  salle des hommes  » et en grec ancien désigne une salle à manger. Ceci indique que le bâtiment était utilisé pour le dîner rituel après le sacrifice à l’autel du dieu. La façade de l’Andron A fut construite entièrement en marbre.

Façade restaurée de l’Andron B.

(T. Thieme and F. Löfvenburg)

   Les antes, ces piliers marquant l’extrémité des murs latéraux du bâtiment, ont été construites avec de grands blocs de marbre, dont certains portaient d’importantes inscriptions officielles du 3e s. av. J.-C. Ces blocs et le chapiteau richement sculpté qui couronnait l’ante sud sont maintenant placés sur la façade du bâtiment, face au Sud. Entre les antes se trouvaient deux colonnes ioniques. La base de l’une est encore en place dans sa position d’origine. Plusieurs tambours de colonne et un chapiteau ionique, arborant un motif de lotus et de palme sur son côté, peuvent également être observés sur la façade du bâtiment. La poutre en marbre (l’architrave) qui se tenait au-dessus des colonnes consistait en de grands blocs qui portaient une inscription presque conservée en totalité  :


MAYΣΣOΛΛOΣ EKATOMNΩ ANEΘHKE TON ANΔPΩNA KAI TA ENEONTA ΔII ΛAMBPAYNΔΩI


Mausole, fils d’Hékatomnos, a donné l’Andron et ce qu’il y a à l’intérieur au Zeus Lambraundos

    Seule la façade du bâtiment était en marbre, tandis que les murs externes étaient en gneiss local et étaient recouverts, selon toute probabilité, d’une couche de plâtre blanc. Les murs intérieurs étaient couverts de plâtre, au moins au-dessus des assises murales les plus basses. Les fenêtres semblent avoir eu des encadrements en marbre et des volets en bois.


La publication de ce monument par P. Hellström, J. Blid et Th. Thieme est en cours.

Chapiteau de colonne de l’Andron B (1949).

  Ces blocs sont maintenant placés dans l’espace ouvert en façade du bâtiment. Au-dessus de l’architrave se trouvait une frise alternant triglyphes et métopes, elle-même surmontée d’une corniche (geison). De nombreux blocs sont placés en façade du bâtiment et au sud-est de ce dernier. La sculpture d’un sphinx d’un mètre de haut (un lion ailé assis avec une tête d’homme), découverte dans l’Andron C, était probablement l’un des deux sphinx originellement placés aux angles de la façade du toit. Il est maintenant exposé au musée de Bodrum.

Bloc en marbre de l’architrave de l’Andron B, gravé du nom de Mausole.

   De toute évidence, la construction du bâtiment ne peut être postérieure aux années 353/352 av. J.-C.  (date approximative de la mort de Mausole). Or, il est surprenant de trouver, dès cette époque, un mélange des deux ordres architecturaux canoniques. En effet, le bâtiment présente des chapiteaux d’antes et une colonnade d’ordre ionique (chapiteaux à volutes) supportant un entablement dorique (frise de triglyphes et de métopes), ce qui est tout à fait inhabituel avant l’époque hellénistique, c’est-à-dire avant la période qui s’étend du 3e au 1er s. av. J.-C.

Le Sphinx quand il fut découvert en 1953.

    La façade, d’une largeur de 11,63 m, ouvrait sur un porche avec et une large porte menant à une pièce principale presque carrée (9,91 x 11,08 m), où environ 20 lits (klinè) étaient alignés le long des murs. Au fond de la pièce se trouve une niche rectangulaire, d’environ 4,8  m de longueur sur 1,5 m de profondeur, située à peu près à 2 m au-dessus du sol.



    Selon toute probabilité, une ou plusieurs statues se tenaient dans cette niche. En raison de la taille de la niche, il a pu y avoir trois statues, celle de Zeus au milieu, et celles du couple dynastique : Mausole et sa sœur et femme Artémisia. Sur le mur sud du bâtiment et sur les murs de chaque côté de l’entrée, il y avait de grandes fenêtres qui permettaient à la lumière et à l’air de pénétrer lors des banquets sacrificiels.

Perspective isométrique de l’Andron B.

(T. Thieme)